Catégories
Lois Universelles

Le libre-arbitre et la loi de la responsabilité

Le libre-arbitre est à la fois une illusion et une des lois les plus importantes à respecter dans notre univers.

Libre arbitre illusoire

En effet, comme « tout est un », lorsque nous faisons le mal à autrui, nous nous faisons du mal à nous-même. Un peu comme si nous nous entaillons volontairement le pied, en pensant, que comme il est loin de nos yeux, cela ne nous n’impactera pas, alors que c’est le même corps.

En clair, choisir de faire le mal est conditionné à la mécanique du karma. Et donc à la récolte de la souffrance que nous avons semés. Donc notre liberté de ne pas être dans l’amour est conditionné. Il n’y a donc pas de liberté absolue, sans dettes à « payer ».

À partir de là, le choix de faire le mal intentionnellement est complètement absurde. Mais le mal est essentiellement fait par ignorance, et par souffrance.

« L’enfer est pavé de bonnes intentions » comme dit le dicton.

Le libre-arbitre personnel, une affaire de destin

Le libre arbitre personnel de notre conscience est balancé entre deux forces :

  • La force d’évolution, de l’âme, de l’instant : aller vers toujours plus d’unité, et de liberté d’incarner notre être d’amour – être dirigé par l’amour.
  • La force d’involution, de l’ego, de la mémoire : aller vers toujours plus d’ego, de contrôle, de pouvoir – être dirigé par la peur

Si nous restons dans cette dualité intérieure, sans véritablement choisir un camp plutôt que l’autre, nous demeurons dans la dualité. Car ne pas choisir est un choix. Et au final, l’inertie de ne pas choisir sert la force d’involution.

Bien souvent, c’est la souffrance qui nous fera choisir la force d’évolution. Car quand l’ego est coincé entre la souffrance du passé et la peur de l’inconnu, il fait un pas en avant, car il n’y a plus rien à perdre. Ironique pour la force d’involution de pousser à l’évolution du fait de la souffrance créée. Comme quoi, tout est lié, et il ne sert à rien de juger.

Ancrer le choix de l’amour

Alors entre ces deux forces, laquelle choisissons-nous ? La peur ou l’amour. Là est la puissance du choix.

C’est notre détermination à répéter notre choix quotidiennement qui va définir notre rythme d’évolution personnel. Et cela crée une inertie dans notre choix, réduisant la friction intérieure du ballotage entre deux choix.

La loi de la responsabilité

Respecter le libre-arbitre des autres

La loi de la responsabilité : être responsable, c’est assumer les conséquences de ses décisions, mais c’est aussi laisser les autres assumer les conséquences de leurs propres choix.

Bien sûr, cette loi touche sa limite lorsque la personne est en danger physique, un peu comme la loi de non-assistance à une personne en danger.

« Dans le spirituel, il faut du discernement, et laisser la liberté aux personnes de choisir le mal. »

Violation du libre arbitre

Lorsque nous violons le libre-arbitre des autres, nous créons une brèche sur notre personne, et nous permettons par effet miroir, que d’autres violent notre propre libre-arbitre.

Si nous n’avons pas l’accord de ceux que nous voulons aider, nous pouvons prier pour eux.

Partager cette page :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.