Catégories
L'Ego

Se libérer du conditionnement négatif sociétal et personnel

Conditionnement sociétal

Matrix – Le libre arbitre « Se réveiller ou rester endormi ».

Pour commencer, petite définition du Larousse sur le « conditionnement » : Action de conditionner, d’influencer, d’être conditionné : Le conditionnement de l’opinion publique par les médias.

Alors demandons-nous :

Est-ce que cette société encourage à élever le cœur des hommes ? Ou est-ce que cette société encourage à abaisser, voir à emprisonner, le cœur de l’humain ? Est-ce que cette société encourage la communion à la nature et au divin ? Ou est-ce qu’elle encourage la vie hors sol et hors Ciel ?

Ainsi, depuis notre naissance, nous avons été conditionnés par un modèle de société, d’un bonheur matérialiste, par une technologie-salvatrice, une religion scientifique de la raison-empereur, à en dessécher le cœur. Pour au final, à courir après plus de pouvoir d’achat, comme un hamster dans une cage, toujours plus de vitesse, de débit internet, de séries, de machines froides, qui ne calcule plus l’humain….

Ce système d’esclavage, tient tout simplement sur ces deux piliers : l’insatisfaction et la peur.

En grandissant dans la routine de l’école, puis d’enchaîner dans le cycle métro-boulot-dodo, avec comme carotte, le sésame de la retraite, il est difficile de voir la vie autrement. Ce conditionnement à la consommation est entretenu par tout un système, la publicité, les médias, une véritable industrie du divertissement (définition de divertissement : action de détourner à son profit) qui nous prend en sandwich, entre notre envie insatiable, et nos peurs (peur de manquer, peur d’être rejeté…).

L’illusion de liberté dans la consommation

Dans le but de faire résonner la peur et l’insatisfaction, le système utilise son prophète préféré : la Télévision, et les médias. La télévision possède une liste de canaux, de chaînes (de fréquences). Et que retrouve-t-on sur ces chaînes ? Une grille de programme. Une programmation de nos cerveaux, de besoins inutiles par la publicité et de peurs futiles, par leurs programmes.[i] L’ancien directeur général de TF1, Patrick Le Lay, l’a d’ailleurs exprimé clairement : « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible »

Au contraire, le bonheur est justement l’inverse du conditionnement sociétal, le bonheur, c’est « être soi ». Et cela demande de la liberté, qui s’acquiert dans la confiance, dans la foi, pour nous libérer de nos peurs, et dans un service à l’Amour, qui remplit bien au-delà de tous les besoins superficiels.

Conditionnement intérieur

« Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait »

Mark Twain

Le conditionnement intérieur, ce sont nos réflexes de réactions.

C’est notre attitude naturelle qui s’exprime face aux difficultés. Ainsi, sommes-nous conditionnés à les surpasser, les affronter, les résoudre, ou au contraire, à les fuir, les refuser, les insulter ? Sommes-nous habitués à faire confiance à la vie, ou à douter d’elle ? Ou encore suis-je conditionné à douter de ma force intérieure ou à lui faire pleinement confiance ?

L’avantage du conditionnement, c’est qu’il permet de nous faciliter la vie. Car, il est l’attitude face à une tâche. Est-ce que je me conditionne à ce que cette tâche soit facile ou qu’elle soit difficile ?

Pour conclure, je vais prendre en exemple, l’anecdote du mathématicien américain George Dantzig.

« Dans l’un de ses cours de doctorat à l’université de Berkeley, le professeur Jerzy Neyman a proposé deux problèmes dits ouverts en statistiques. Un problème ouvert est un problème qui bien qu’ayant été formulé, n’a pas encore été résolu. De tels problèmes sont d’une difficulté importante et demandent des recherches pouvant s’étaler sur plusieurs années. Dantzig était en retard et croyait qu’il s’agissait de devoirs. Sans prendre plusieurs années mais bien quelques jours, il les a résolus. » [ii]

Maintenant, si George Dantzig, avait su que ces problèmes ouverts, n’avaient jamais été résolu, et étaient très difficile, est-ce qu’il aurait résolu ? Je ne pense pas, ou peut-être moins vite, car il aurait agi avec une pression au fond de lui.

Partager cette page :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.