Catégories
L'Ego

Comment penser par soi-même ?

Penser par soi-même implique de se poser des questions, d’utiliser des outils comme le discernement, le juste milieu, l’empathie, l’analyse à froid. Par ailleurs, être motivé par la recherche de clarté et non par l’envie d’avoir raison est un gage de lucidité. Devenir son propre journaliste, c’est reprendre son pouvoir.

L’aveuglement

On a tous vu dans des films ces biais de pensées  :

Le biais des « méchants » : leurs arrogances, et leurs quêtes de pouvoir, les aveugles.

Le biais des « gentils » : leurs naïvetés et leurs innocences, les aveugles. En effet, on ne peut imaginer et croire une horreur ou des plans machiavéliques, lorsqu’on est innocent et naïf.

Le biais émotionnel : une émotion intense nous fait perdre notre lucidité d’analyse.

Le biais de l’ombre : Ce qui est dans l’ombre veut rester dans l’ombre. De la même manière que nous ne voulons pas voir les ombres de notre ego. Nous ne voulons pas voir les ombres de la société. Nous cachons ce dont nous avons honte, et nous utilisons la traditionnelle technique du déni.

Relations publiques

Premièrement, il est important de comprendre que le mensonge fait partie intégrante de l’institution publique. C’est Edward Bernays, un publiciste américain, qui a théorisé des techniques de manipulations de l’opinion publique dans son livre « Propaganda » en 1928. Par la suite Joseph Goebbels s’est inspiré de ses recherches, et a tissé toute sa propagande nazie. Le mot propagande, par sa connotation négative, a ensuite été rebaptisé en « relations publiques ». Publicité, propagande, et la communication publique, ne sont qu’une seule et même chose. La polarité positive ou négative est déterminé par l’intention derrière. Il n’y a pas meilleure technique de propagande, que d’inverser la valeur d’un mot.

Les « experts »

Dans bien des débats, il y a l’appel à l’expertise scientifique, car nous n’avons pas les connaissances pour véritablement investiguer, on a besoin « d’experts », ce qui fait que nous sommes facilement manipulables. On s’en remet à la parole prophétique de « l’expert ».

Pour ma part, je regarde surtout qui sert quoi : est-ce que « l’expert » propage la peur, la confusion, l’inversion des valeurs, la division ou alors la confiance, l’unité et la clarté ? Par qui « l’expert » est financé ? Quel est son maître ? Qu’a-t-il a gagné ? Est-ce que « l’expert » sert l’humain ou l’argent ? Ce qui nous donne des informations sur le degré de liberté de sa parole, et de son intention.

Les mots taser-cérébrales « complotiste »

Aujourd’hui, on entend beaucoup l’argument « complotiste », qui met tout le monde dans le même sac (complot de la lune, le 11 septembre, l’assassinat de Kennedy, la terre plate…).Comme si tous les complots n’en formaient qu’un, et qu’on ne pouvait pas différencier les affaires, et les étudier séparément. Dès qu’on commence par douter, réfléchir et penser par soi-même – ce qui est une attitude saine – nous pouvons être traité de complotiste… Le système médiatique a réussi un joli tour de passe-passe en associant « personne qui investigue par lui-même = complotiste ».

Ils ont fait de même avec l’association « antisémite = antisioniste = critiquer la politique du gouvernement israélien ». En critiquant la politique du gouvernement israélien, on devient, par un tour de force orwellien antisémite…

C’est efficace parce que le cerveau fonctionne en association, un mot a une valeur émotionnelle, si cette valeur émotionnelle est associée à la peur ou une émotion négative, alors on n’a pas du tout envie d’être traité de la sorte, on préfère s’autocensurer, et si quelqu’un est associé à ce mot, alors il perd sa légitimité.

Penser par soi-même par la voie du milieu

Bien sûr qu’il n’y a pas des complots partout, la bêtise humaine en fait beaucoup : il suffit de voir le tir iranien en début d’année sur l’avion ukrainien en partance de Téhéran. L’état Iranien a mit trois jours avant d’avouer l’avoir abattu, sous la pression internationale. En attendant c’était « une panne d’un moteur de l’appareil due à des raisons techniques ».

Mais ne voir aucun complot est aussi une erreur, car c’est dans la nature humaine de l’ego-reptilien, de servir ses intérêts, bien au-delà de l’intérêt général.

Ressentir l’information

Pour sortir de la manipulation et être souverain, il est capital de comprendre que l’on peut ressentir intérieurement une information, hors du mental. On ne pourra pas expliquer pourquoi on ressent davantage une information plutôt qu’une autre, mais croiser son ressenti intérieur avec une investigation mentale permet d’agrandir notre clarté.

L’amour de la Vérité

« Les hommes trébuchent parfois sur la vérité, mais la plupart se redressent et passent vite leur chemin comme si rien ne leur était arrivé. »

Winston Churchill

Partager cette page :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.