Catégories
Art de vivre Chemin-qui-a-du cœur

La puissance de l’intention du coeur

L’intention tient sa puissance dans sa provenance. Vient-elle d’une peur, d’une souffrance, d’un calcul par intérêt égotique ou du cœur ?

« Ton intention crée tes pensées ; tes pensées créent ta réalité. »

Bouddha

L’intention est – la graine et la fleur

Comme vu dans l’article sur la Causalité Intérieure, l’intention consciente ou la mémoire inconsciente, est à la racine de notre expérience intérieure. Elle est la graine, la fleur et le fruit de l’expérience.

Une fleur ne peut pas être autre chose que sa graine.

De ce fait la qualité de l’intention déterminera la qualité de notre expérience. Une intention du cœur sera chaude et nous remplira d’amour ; alors qu’une intention, provenant de l’ego-mental, sera froide et calculé.

La qualité de notre intention est aussi le filtre de nos prières. Ainsi, les demandes provenant de l’ego, s’arrêtent aux frontières de notre être, avec une longueur d’ondes plus courtes, alors que les demandes altruistes, avec une longueur d’ondes plus longues, et touchent le « Divin ».

La puissance de l’intention – Arroser la graine

L’intention, comme toute graine, est fragile, et demande de bonnes conditions pour grandir en nous.

Et là où l’attention va, l’énergie va. Alors pour nourrir cette graine, on peut compter sur la puissance de la répétition, de lui porter attention régulièrement pour l’arroser, la volonté de fleurir, associé à des pensées, des mots, des sentiments, et des actes positifs comme sève.

Combat entre les Mémoires de l’inconscient et l’Intention consciente

Planter une nouvelle intention, c’est planter une nouvelle graine dans un terrain intérieur déjà bien garni.

Les autres plantes déjà en place (les mémoires de nos expériences précédentes, de nos intentions précédentes) veulent elles-aussi survivre, et vont faire en sorte de revenir vivre en nous pour réclamer de l’eau et du soleil.

Il peut arriver en effet qu’un conflit éclate, entre une nouvelle intention « j’aime la vie », et une mémoire « je déteste la vie » liée à un événement traumatisant du passé. De cette mémoire, nous pouvons la mettre en conscience, en lumière, l’accepter et finalement « aimé la vie, même en l’ayant détestée ».

C’est avec de la stratégie, de la détermination et de la confiance que nous parviendrons à faire arriver à maturité notre intention du cœur.

Planter des intentions, avec assez de profondeur

Notre état de conscience fonctionne, avec différents rythmes d’ondes cérébrales. Lorsque nous sommes actifs, en discussion ou autre, nous sommes en ondes Gamma, plus éloigné de notre inconscient. Si nous prenons une intention dans cet état, c’est un peu comme si nous jetions une poignée de graines dans le vent, le résultat sera aléatoire.

En revanche, en état de relaxation, notre cerveau passe en ondes alpha, proche de la terre de notre inconscient. Nous pouvons ainsi semer à l’abris des intempéries, des intentions conscientes au sein même de l’inconscient. Dans le Yoga Nidra, on appelle cela des « Sankalpa », « intention de l’esprit et du cœur » en sanskrit.

Partager cette page :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *