Catégories
L'Ego

Notre pouvoir de création – de l’intention à la réalité

Il est important de comprendre que par notre pouvoir de création, nous sommes responsables de la réalité. Je participe à une création individuelle et collective.

« Ton intention crée tes pensées ; tes pensées créent ta réalité. »

Bouddha

Loi de la manifestation

La création est un processus de densification de l’énergie subtile à la matière lourde.

Dans l’ordre de l’énergie de la plus légère à la plus lourde, on a tout d’abord la perception, l’attention que l’on donne, puis la pensée, volatile, la parole, un peu moins, puis le sentiment, lourd dans l’estomac, et enfin l’action, qui fait bouger la matière, et prend donc ses racines dans la perception.

Il y a toujours un délai dans ce processus de densification de l’énergie. Le temps est l’allié de la manifestation.

Cercle de Création

Le point de départ du cercle de création de la réalité est l’intention présente, ou la mémoire du passé.

  1. L’intention consciente ou la mémoire inconsciente oriente la perception, l’attention.
  2. Notre perception, l’attention , filtrée par notre mémoire ou notre intention, crée la pensée.
  3. La pensée et la parole génèrent le sentiment.
  4. Le sentiment attire l’événement.
  5. L’événement renforce la mémoire ou l’intention initiale.

Cercle négatif

  1. Action/Événement : « Je rate quelque chose. »
  2. Attention : « Je porte l’attention sur le fait d’avoir raté. »
  3. Pensée négative : « Je suis une merde. »
  4. Sentiment négatif : « Je me sens comme une merde. »
  5. Action/Événement : « Je rate quelque chose. »

Négatif au positif

  1. Intention intérieure : « Je m’aime. »
  2. Action/Événement : « Je rate quelque chose. »
  3. Attention : « Je porte l’attention sur le fait d’avoir réussi à tenter. »
  4. Pensée optimiste « C’est bien d’avoir tenté, je vais réessayer. »
  5. Sentiment neutre ou positif : Déterminé.
  6. Action/Événement : « Je retente, sans pression, ou je réussis. »

Cercle positif

  1. Intention intérieure : « Je m’aime. »
  2. Action/Événement : « Je réussis quelque chose. »
  3. Attention : « Je porte mon attention sur le fait d’avoir réussi, grâce à moi et à ceux qui m’ont aidé. »
  4. Pensée optimiste « Je suis fière de moi, merci à l’univers. »
  5. Sentiments positifs : Fierté, Réussite et Gratitude
  6. Action/Événement : « Je retente, sans pression, ou je réussis. »

Il y a une limite très fine entre le constat et la création d’une masse d’énergie.

Par exemple, si je ressens que je suis fatigué, c’est un constat. Mais si, je répète en boucle, avec force de conviction, que « je suis fatigué », je crée une masse d’énergie, un sentiment de fatigue.

Plus je commente et juge négativement ce qui me traverse, et plus je crée mes propres obstacles. Cela ne veut pas dire qu’il faut faire un déni sur le négatif, mais on peut l’observer sans le juger. Être conscient du négatif, tout en nourrissant le positif, là, est le plus grand challenge.

Création d’un sentiment

En effet, par notre pensée et notre force de conviction, nous pouvons créer des sentiments.

Un jour, je ressentais un sentiment négatif terrible : celui de ne pas m’en sortir. Et je me répétais en boucle « je n’y arrive pas », « je ne m’en sors pas » … Avec un sentiment horrible d’éternité, comme si je n’allais jamais m’en sortir.

Soudain, je me suis rappelé que ce n’était « qu’un sentiment » et non une réalité permanente. Alors, avec toute ma force de conviction, je me suis dit l’inverse « je vais m’en sortir », « je vais y arriver », et j’ai senti une brèche s’ouvrir dans la bulle-prison du sentiment de « ne pas m’en sortir ». Vraiment, comme si j’étais enfermé dans une bulle noire, et que j’avais ouvert une brèche de lumière.

Pour rappel des lois énergétiques, il y a toujours dans l’énergie négative quelque chose d’emprisonnant, et dans l’énergie positive, un sentiment de liberté.

Le passé ou le présent, l’inconscient ou la conscience

En clair, à chaque moment se joue le choix du passé, ou du présent.
Le passé est déjà manifesté, donc plus lourd énergétiquement, avec plus d’inertie. Alors que le présent est léger et ne bénéficie pas de l’inertie du passé, ce qui va le faire rentrer en confrontation avec ce dernier. Il faut créer une nouvelle mémoire positive pour remplacer une mémoire précédente négative.

Ainsi, nous sommes emprisonnés dans la mémoire, jusqu’à que l’on décide d’accepter d’être traversé par l’émotion bloqué, et de nourrir l’inverse par la volonté.


De ce fait, notre pouvoir de création implique notre responsabilité sur notre réalité intérieure, comme extérieure. Comme dirait l’oncle de Spiderman : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». D’où l’importance de nourrir le positif.

Partager cette page :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.