Catégories
Art de vivre Chemin-qui-a-du cœur

Le combat intérieur pour se libérer de son ombre

Le combat intérieur est celui de nos mémoires négatives (émotions, sentiments, pensées) contre notre volonté de nourrir le positif, dans notre instant-présent.

Ce combat n’a pas d’ennemi à abattre.

Ce combat est celui de construire la paix intérieure. Ainsi, ce conflit obéit à la loi « Ce que tu nourris – vit », cette bataille est celle de refuser de nourrir les loups noirs de son passé, sans aucune haine, mais par amour pour soi-même. Aussi, cette lutte est celle de résister aux jeux de séduction de l’ego, pour servir son âme, pour servir l’Amour. Et ce combat comme tout combat, demande de l’entraînement.

Autorité intérieure

De sorte que notre ego doit être souple aux évènements extérieurs, notre ego doit tout aussi être ferme dans sa conduite intérieure.

Mais la difficulté est de rester, quotidiennement, sur le long terme, sur une fréquence positive, à continuer de nourrir le positif. D’où l’importance de de la fermeté intérieure, de l’autorité intérieure de rester concentré et confiant sur l’objectif : servir l’Amour.

« Quand la mer intérieure est agitée, je tiens le gouvernail fermement, quand la mer est calme, je suis détendu mais attentif. »

Après l’extase, la lessive

À ce sujet, je reprends ici des passages du formidable livre de Jack Kornfield, sur le combat du quotidien, après l’éveil.

« Il n’y a pas, à proprement parler, de personne éveillée ; il y a seulement une activité éveillée. »

Suzuki Roshi

« On ne peut pas rester au sommet éternellement. On doit redescendre… On grimpe et on voit ; on redescend et on ne voit plus, mais on a vu. Il y a une manière de se comporter… en se souvenant de ce qu’on a vu là-haut. Lorsque l’on ne peut plus voir, on peut encore au moins savoir. »

René Daumal

Ce n’est qu’après cette illumination, lorsque nous retournons dans le chaos de la vie quotidienne, que commence le vrai chemin. La vie spirituelle ne se joue pas une bonne fois pour toutes ; c’est un processus constant.

L’éveil existe, on peut s’éveiller. Il existe cependant un corollaire : ces expériences ne durent pas.

Au fond, croire en une vie spirituelle sans ombre, dans laquelle Mara (la personnification du « mal » dans le Bouddhisme) ne réapparaîtrait jamais, revient à imaginer un ciel où le soleil resterait au zénith à jamais. Nous sommes vulnérables aussi longtemps que nous sommes vivants dans la dualité.

Discipline de l’instant présent

Une fois de plus, la posture de notre mental est celle de l’équilibriste. Marcher droit sur le fil du présent, sans tomber, à gauche dans les interférences du passé, ou à droite, dans l’anxiété du futur.

La discipline mentale positive est notre liberté intérieure.

Le combat intérieur – la force de s’élever

Quoi qu’il en soit, c’est normal dans la dualité d’être traversé par la polarité négative, par des émotions et pensées négatives – de « retomber » dans nos travers. L’important n’est pas le nombre de fois où l’on tombe mais le courage de remonter. C’est dans les moments au pied du mur, qu’il faut développer la force de remonter et, on possède tous cette force. Plus on a confiance en notre force intérieure de remonter dans le positif, plus la peur de tomber disparaitra.

Les victoires doivent se célébrer, car ce sont elles qui donnent l’énergie de continuer le combat intérieur pour les prochaines batailles intérieures

La peur contre la confiance

La peur se propage, la confiance aussi.

En effet, on peut voir ce combat tous les jours, les médias propagent le feu de la peur dans les corps. Et nous avons le choix d’accepter cette peur ou de la refuser, de la renvoyer à l’envoyeur. Nous avons une perméabilité intérieure, que nous pouvons contrôler. Est-ce que je me laisse toucher par leur peur, par leur critique ? Ou est-ce que je refuse, et je sais que c’est leur propre peur, leur propre souffrance qu’ils me vomissent dessus ?

Alors posons-nous la question : est-ce que je fais les choses par peur ou par amour ? De cette question, dépend le résultat.

Le courage du cœur sera toujours plus fort que toutes nos peurs.


Jack Kornfield – Après l’extase, la lessive

Partager cette page :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.