Catégories
Recueil - De l'animal à l'ange

L’Homme Ôm

« De l’animal à l’ange »
10/12


Il y a tout un parlement dans ma tête
Un théâtre incessant de marionnettes
Des putains de saboteurs de bonheur
Que j’essaye de démasquer à toute heure
Ils me racontent plein d’horreurs
Je joue au Cluedo de mon être intérieur
C’est fou ce que la souffrance nous fait faire
Sans soin, je me transfère direct en enfer

Toi, qui me dis que je ne vaux rien, je n’écoute pas ta voix
Toi, qui me dis que suis mal barré, je n’écoute pas ta voix
Toi qui me dis que le meilleur est passé, je n’écoute pas ta voix
Toi, qui me dis qu’elle m’a trompé, je n’écoute pas ta voix
Je ne suis même pas ce que je pense de moi
Ni les jugements, ni mes actes, ni mon surmoi

Je soigne mon âme en retirant les échardes de la haine
Je fais le tri entre mes envies et mes pensées soudaines
Je console l’enfant intérieur, j’apprends à pardonner
Je contrôle mes paroles, maître de mon être
Sur les graviers du village des pruniers
Je marche d’un pas lent en terre d’Eden
Je bois le thé dans un jardin zen
Thérapie pour dissoudre la peine
Bouddha me regarde de toute sa quiétude
J’ai trouvé la clef de la plénitude
Je suis et je pense
Une simple existence
L’aumône de l’homme ÔM

Sous l’ombre majestueuse d’un chêne centenaire
Mes racines plongent boire au fin fond de la terre
J’ai vaincu mes pulsions
J’ai vaincu mes passions
J’ai vaincu mes pensées
J’ai vaincu la dualité.
J’ai défait la défaite.
J’ai vaincu la victoire.

Les choses se font ou ne se font pas
Je peux rester là tranquille dans la joie
Je lâche prise là où je n’ai pas d’emprise
Sur cet empire de hantises

Comme au cinéma, assis sur une tombe
L’impermanence fait le spectacle de ce monde
En permanence le miracle de la ronde
Rien n’est figé, l’éternité est bouclée
Je reprends une poignée de pop-corn
Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme

Partager cette page :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.